La Beauté Noire et la Mode | Donyale Luna

This post is also available in: Anglais

donyale-luna1

Helen Williams et Naomi Sims ont permis aux mannequins noirs d’exercer leur metier. Dans l’Amérique des années 60, une jeune femme nommée Donyale Luna a contribué a l’essor des mannequins noirs, non pas en leur ouvrant les portes de la mode mais en l’élargissant. C’est le premier mannequin noir à avoir fait la couverture du magazine Vogue. Un mannequin singulier au destin tragique.

 Le début de sa carrière

donyale luna mannequin noir

 

Donyale Luna est née à Detroit en 1945. Son enfance est loin d’être idyllique son père était violent et fut  assassiné par sa mère lorsqu’elle avait 18 ans.

J’étais stupéfait, elle était si grande et si mince et avait la plus incroyable structure osseuse.

En 1964, elle est découverte dans la rue par le photographe David McCabe. Il l’invite à New York où elle fut présentée à Nancy White, la rédactrice en chef du Harper Bazaar,  celle-ci fut tellement impressionée par sa beauté qu’elle la fit dessiner par un illustrateur, le dessin fut publié sur la couverture de l’édition de janvier 1965 de Harper’s Bazaar, ce fut la première publication d’un mannequin noir sur ce magazine.

Elle signa un contrat d’exclusivité d’un an avec Richard Avedon, le photographe de mode d’Harper Bazaar. Les premières photos de Donyale lui permirent d’apparaitre dans 6 pages de l’édition d’avril 1965 du magazine. Cependant, sa carrière naissante commença à vasciller,  les photographies de Luna pour Harper Bazaar ont incité les annonceurs dans les Etats du Sud à retirer leurs publicités tandis que les lecteurs annulaient leur abonnement au magazine. Suite cela les propriétaires du Harper Bazaar interdirent la publication de photographies de Donyale Luna dans le magazine. 

L’ascension de sa carrière en Europe

donyale luna mannequin noir

En 1965, Luna se rendit à Londres où elle connut immédiatement le succès. Elle fut photographiée par David Bailey, William Klein, Helmut Newton et William Claxton. Claxton la présenta à Salvadore Dalí qui la décrivit comme la « réincarnation de Nefertiti ». Elle entra dans l’histoire en mars 1966, en devenat le premier mannequin noir à faire la couverture du Vogue britannique.

 

donyale luna VOGUE

 

A Détroit, je n’étais pas considérée comme belle ou quoi que ce soit, mais ici, c’est différent.

En 1966, le magazine Life publia un article intitulé « L’Année Luna » décrivant le mannequin comme : « Un nouveau corps céleste qui, en raison de sa singularité frappante, promet de rester en au top pour plusieurs saisons. Donyale Luna est sans aucun doute le mannequin le plus demandé du moment en Europe. »

Le mannequin ne passait jamais inaperçu, « elle n’avait pas de seins, mais beaucoup de présence,  » dit en plaisantant son amie Pat Cleveland. « Nous marchions dans la rue et les hommes la regardaient la bouche grande ouverte. Lorsque entrions dans des restaurants les gens arrêtaient de manger et de se levaient pour applaudir. Elle était comme un mirage, ou une sorte de fantasme.  » Dans une  boîte de nuit de New York en 1966 Jackie Kennedy vont à la rencontre de Luna et lui dit simplement: « Vous êtes très belle. »

Sa carrière cinématographique

donyale luna mannequin noir

À la fin des années 1960, Luna apparu dans plusieurs films produits par Andy Warhol (y compris Camp ) et Federico Fellini ( Fellini Satyricon ) . Elle est également apparue dans The Rolling Stones Rock and Roll Circus et le documentaire britannique Tonite Let’s All Make Love in London.

 

Le Mouvement des Droits Civiques

donyale luna mannequin noir

Le succès de Luna était siginicatif car il représentait la déségrégation.  Le mouvement des droits civiques faisait rage aux Etats-Unis, mais n’avait aucun intérêt pour Donyale Luna, « le mouvement des droits civiques a ma plus grande sympathie et mon soutien, mais je ne veux pas être impliquée racialement », dit-elle à un magazine en 1966. Ceci en dépit du fait que sa notoriété arrivait au même moment où les droits civiques s’intensifiaient.

Quand on lui demanda si ses apparitions dans des films d’Hollywood pourraient bénéficier la cause des actrices noires, Luna répondit: « Si cela apporte davantage d’emplois aux Mexicains, aux Chinois,  aux Indiens, aux  Noirs. Cela pourrait être bon, cela pourrait être mauvais. Cela m’est égal. »

 

L’ombre de la drogue et le déclin de sa carrière

donyale luna mannequin noir

Son comportement non professionnel marqua le déclin de sa carrière. Comme le rappelait le mannequin Beverly Johnson, Luna « ne porte pas de chaussures en hiver ou en été. Demandez lui d’où elle vient ?..De Mars. Elle montait et descendait les podiums sur les mains et les genoux. Elle ne se présentait pas à ses rendez-vous. Elle n’a pas connut de moments difficiles, c’est elle-même qui les a rendu difficile.  »

Le mannequin était friant de mélanges d’alcool et de drogues. « C’est à ce moment qu’elle a commencé à faire des choses qu’elle n’aurait pas du faire,  » se souvient McCabe .  » Elle était très libre d’esprit. Tout le monde faisait ça, le LSD et d’autres drogues plus nocives.  »

Dans une interview, Donyale Luna exprima son affection pour le LSD : « Je pense que c’est génial, cela m’a appris que j’aime vivre, j’aime faire l’amour, j’aime vraiment quelqu’un, j’aime les fleurs, j’aime le ciel, j’aime les couleurs vives, j’aime les animaux. (Le  LSD) m’a aussi montré des choses malheureuses, que j’étais têtue, égoïste, déraisonnable, méchante, que je blessais d’autres personnes.  »

Elle mourut à l’âge  32 ans d’une overdose le 17 mai 1979, elle avait une fille de 18 mois.

One Comment

  1. Je suis toujours un peu triste quand je lis des destins pareil
    Des personnes ayant « tout » et qui pourtant finissent mal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *